Dimanche 15 Octobre 2017:  "Sous le soleil Germanique"

Le théme de cette ballade Germano-Luxembourgeoise ne suggérait évidemment pas l'exubérance exotique. 

Mais l'éphémére beauté des paysages d'un automne particuliérement généreux avec les motards, devait pourtant  en ravir 9 qui avaient bien voulu faire ce déplacement vers lesBoucles de la Sarre à quelques km de cette bonne ville de Tréves.

Un circuit dont certains se souviendront de ce fameux brieffing précédant l'entame de ses virages…

RdV fut donc pris sur le très impersonnel parking Auchan de Sémécourt où Joffroy en 1400 Suz, Olivier et Françoise sur KTM Duke et Jean François avec son 1200 BM attendaient les 4 du départ de Fresnes à 9h tapante + ce petit 1/4 d'heure des mauvaises habitudes. Bernard, Dom1 et Yves tous en BM et François en XJR devaient s'enfoncer dans les brumes matinales avant de mériter ce soleil radieux qui ne les quittera plus de la journée.

Tracée par Jean François, le parcours se révélait des plus touristiques mais sans que soit accordé le moindre arrêt café'grattage; et pour cause, une fois n'est pas coutume, nous devions arriver sur les lieux de ces méandres à midi tapante.

Oh divine surprise que ces nouvelles installations pharaoniques faites de gros bois et d'acier ciselé, formant une gigantesque passerelle vous emmenant à une bonne soivante de métre de haut pour contempler le spectacle d'une Sarre serpentant quelques 300m plus bas entre collines et vallons.

Evidemment, l'endroit était pris d'assaut et la file d'attente interminable.

Pour décider que finalement, l'heure se prêtait aux aggapes plutôt qu'au bain de foule et tous devaient y trouver son petit confort, les uns privilégiant l'ombre et ces bancs de pierre qui leur tendait les bras quand les autres la faisait " rustique et plein soleil" sur les rochers d'un site particulièrement visité.

Chacun y était de son menu et de son p'tit vin sans craindre de faire des envieux parmi la meute des touristes dont en ce lieu, toutes les espéces semblaient représentées.

Petit café (offert par le club évidemment) sous les tonnelles d'un sympatique aubergiste dont l'étrangeté du langage devait quelque peu nous déconcerter.

Un dernier coup d'œil sur le panorama et à nous les lacets d'une route des vins de Moselle dont les embouteillages d'un certain Shengen devaient provoquer la scission du groupe, Joffroy et François en habiles remonteurs de files, n'en avaient pas moins perdu le reste de l'équipée.

Quelques insoutenables minutes d'angoisse et tout le monde devait se retrouver pour finaler la ballade sur une biere bien fraiche à l'ombre des maronniers du 1er bled rencontré passé la frontiére.

Bilan, 350 bornes aussi joyeuses que culturelles avant les prochaines hivernales sur lesquelles nous espérons beaucoup de courageux ! !